Première plongée à Cuba, Cayo Guillermo

Janvier 5th, 2012

Fraichement certifié PADI ( plongée sous marine ) de mon dernier voyage en Thailande, je decide de mettre à profit cette formation et d'explorer les fonds marins de Cuba! J'en suis à mon quatirème voyages à Cuba en formule tout inclus et cette fois ci c'est l'hôtel Iberostar Daiquiri qui m'acceuil. Il est possible de plonger tous les jours au coût de 38 CUC la plongé, chaque sortie comporte habituellement 2 plongées.  Le centre de plongé est dans l'hôtel voisin qui a récemment fermé, ils sont donc en processus de déplacer le centre. Le tout me semble un peu bric-à-brak mais je tente tout de même l'expérience.

Je me présente donc le matin à 8h00 sur le quai de l'hôtel qui mène loin dans la mer. Je rencontre les gens qui vont plonger avec moi aujourd'hui et fraternise en attendant le bateau.  Les deux homes sont dans la 40aines et l'un d'eux est en chaise roulante!!! Je ne savais pas que l'on pouvait plonger en chaise roulante, mais ça fait du sens finalement, dans l'eau tu n'as pas besoin de supporter le poid de ton corps. Ils me semblent très expérimenté car ils ont leur propre matériel de plongé et cumule plus d'une 30 aine de plongés à Cuba.

Le bateau arrive comme à l'habitude à l'heure cubaine (+/- 45m  de retard) et on embarque dans la petite embarcation pour faire le taxi vers les autres hôtels du secteur avant d'atteindre le centre de plongé avec 7 compatriotes plongeurs. Le capitain jette l'encre et je suis invité à suivre le maitre plongeur jusque sur la berge ou on me fourni l'équipement de plongé et l'oxygène. Tout cet attiraille est assez lourd hors de l'eau, la marche de retour vers le bateau fut d'un plaisir négociable...

Enfin abord!! c'est le départ!! et c'est sans grande surprise que le moteur ne démarre pas. Le capitaine appel sont mécano de fortune ( lui-même) et après 25 minutes, quelques jurons espagnols ( PUTA MADRE!), et une bonne dose de patience, nous voila parti vers le large. Le bâteau est très petit mais muni de 2 moteurs puissants. La mer est agitée! Nous prennons les vagues de fronts pour ne pas chavirer, les bombonnes d'oxygène  laissées lousses à l'avant du bateau bondissent au rythme des montagnes-russe incluses dans le forfait. Mon équilibre est précaire avec ma bombonne dans le dos, je me cramponne donc fermement au bateau pour ne pas être éjecté. Mal de coeur à l'appuis, je profitte du paysage marin et de la fraiche odeur qui ci rattache. Putain c'est loin! on arrive-tu!?!?

Arriver au site de plonger, je revise mentalement les rêgles de sécurité apprises et je me prépart pour mon "Buddy check".

En plonger on doit toujours être accompagné d'un compagnon (Buddy) et avant d'entrer à l'eau, les compagnonts vérifies mutuellement leur équipement en 5 points précis appellés le "Buddy Check".

On m'assigne le Maitre plongeur comme Buddy et la première chose qu'il me dit c'est saute à l'eau!! Quoi?

  1. Tu n'as pas envies de savoir que avec ma formation (Open Water) je n'ai pas le droit d'aller plus profond que 18m?
  2. Est-ce que tu voudrais vérifier l'équipement doûteux que tu m'as fournis?
  3. Je n'ai j'amais pratiqué l'entrée à l'eau depuis une chaloupe à moteur, tu voudrais pas me montrer d'abord?
  4. Je n'ai pas de ceinture de poids, comment je fais pour caller?

En toute réponse il me fou des poids dans les poches de mon BDC et ne répète saute à l'eau!

Bon ok... Tu voulais plonger Steph, ben vas-y! Je saute à l'eau et tout va bien. Je suis un peut craintif de descendre car d'habitude j'ai une corde pour m'agripper en descendant afin de contrôler ma progression des fois que l'aurais de la difficuleté à décompresser.

Décompressé est l'action de pincer son nez et de pousser de l'air dans ses oreilles, pour ajuster la pression et ainsi éviter d'intenses douleurs.

Mais étrangement la descente se fait comme un charme et la décompression n'a jamais été aussi facile!! Dès les premières minutes de descente, je suis accompagné par une tortue de mer d'environ 1 m de long!!!! Woaahh! la première que je vois en vrai!!! Elle est si gracieuse sous l'eau errant doucement entre la surface et les coraux!

Tortue de mer

Je me sens vraiment comme un poisson dans l'eau, zigzagant dans les récifs marins avec grande curiosité.

Rencontrant Trigger fish

Trigger Fish

Angel fish,

Angel fish

Grand barracuda

baracuda

3 Lionfish aux épines vénéneuses

Lion fish

2 grosses langoustes

langouste

Une murène, elles me font toujours peur celles-là, je me tiens loin

murene

Mais la rencontre qui m'a le plus marquée est un requin de 4 mètres de long!! Je m'amusais comme un petit fou à zigzagger entre les coraux quand le maitre plongeur s'arrête et nous pointe quelque chose. À 10 mètres devant, je vois un gros requin couché au fond, immobile. Normalement je serais saisi de panique, mais comme il ne bouge pas et que les autres plongeurs approchent la bête, je décide d'en faire autant. Ça m'intrigue vraiment un requin immobile, j'ai lu qu'ils devaient rester en mouvement pour assurer un courant d'eau constant dans leur branchies afin de respirer. En m'approchant je remarque que la seule chose qui bouge sur le requin sont ses branchies qui battent à rythme régulier. Rendu à moins de 3 mètres, le requin s'active comme sorti d'un sommeil et s'éloigne lentement, bien pénard en agitant sont énorme corps. C'est la plus grosse bibite aquatique que j'ai vu depuis mes débuts en plongée :) J'ai appris plus tard que c'était un Nurse Shark.

Le nurse shark (ou requin dormeur) est un des seul requin à pourvoir respirer sans se mouvoir. La bouche est munie d'une pompe puissante qui permet d'extraire les crustacés de leur coquille. Il utilise cette pompe pour pousser l'eau dans ses branchies.

nurse shark

Déjà 20 min de plongé et je suis fou comme un balais! Je jette un coup d'oeil à mon oxygène et le compteur affiche 60 bar, il m'en reste encore pour quelque minutes. Normalement pour les débutants on commence à remonter vers 50 bar afin de bien prendre le temps de faire des palliers de décompression.

 

Pour éviter l'accumulation d'azote dans le sang lors de la remonté, il est conseillé de faire une pause de 10-15 secondes à tout les 3 mètres et de ne pas retenir sa respiration car l'air, comme l'azote,  prend de l'expension en montant et risque d'endommager les tissues du corps.

 

Je me sent totalement alaise sous l'eau et on s'amuse tous les 7 sous l'eau à prendre quelques photos.

Soudain l'air de ma bombonne devient difficile a respirer!!! Je doit aspirer vraiment fort pour obtenir une bouffé!!! À 17 mètres de profondeur, ce n'est pas la joie dans la tête de Steph! Je vérifie mon compteur d'air.... 30 bar. Pourtant c'est bien siffusant, l'air ne devrais pas manquer! Dans le passé, je suis déjà aller bien en dessous des 30 bar. Pris de panique, je nage vers le maitre plongeur et l'attrape par la palme. Je lui fais les signes officiels pour lui dire que je n'ai plus d'air et il m'offre son régulateur de secours.

 

Le regulateur et l'appareil que l'on tient en bouche pour respirer. Il regule la pression entre la bombonne et l'a bouche. Chaque plongeur possège 2 régulateurs connectés à sa bombonne d'air. Un principale et l'autre de secour marqué en jaune.

 

Le tube relié à son regulateur de secour est très court et je dois me coller à lui pour le mettre en bouche. Victoire!! de l'air!! Je le sifonne comme un bébé qui n'a pas bu depuis des semaines! Respiree! respirRRRREE! Respire!!! Je perds la notion du temps et de l'espace, la seule chose à laquelle je pense c'est de respirer.

Lorsque mes sens reviennent à la normale, je suis à la surface... je ne me suis rendu compte de rien et en moins de 15 secondes j'étais à la surface en compagnie du maitre plongeur qui me quitte promtement pour rejoindre le groupe toujours en bas. Yeah!! je suis en vie!! et je me fais bercer par les vagues. Le capitain du bateau m'apperçoit et s'approche de moi. MERDE! Je n'ai pas fait mes paliers de décompression avec tout ça!

J'embarque dans le bateau et me défait de mon équipement. Je me sent buzzé et le coeur près des lèvres, je m'étends sur le dos en attendent les autres plongeurs. Maudit équipement de marde! Je comprend maintenant pourquoi tout le monde avaient leur propre matériel!

Une fois à bord, tout le monde me félicite pour la plongé et me questionne sur mon état : " Ça va mais je suis un peu buzzé." En route vers le prochain site de plongé! Oui oui, j'avais payé pour 2 plongées...

Pendant le trajet en bateau, toujours aussi agité, mon état ne s'améliore pas... mes mains commencent à engourdir comme si elles gonflaient de l'intérieur et graduellement je n'arrive plus à plier les doigts! Dans mon ventre et mes mollets aussi je sent un gonflement anormal ! Vais-je exploser!?!? Ma face a probablement eu un aspect convainquant car le bateau change de cape, direction clinique la plus proche! en urgence! Le trajet m'a parru plus court pour le retour, j'était trop buzzé. Arrivé au bord, je suis capable de marcher et j'ai toute ma tête, mais mes mains sont encore engourdies. Le fait que je sois capable de fonctionner me rassure, ça devrait passer. Le maitre plongeur m'accompagne jusqu'à la clinique et on me met sous oxygène pendant une heure.

Je passe 2 heures à la clinique et tout entre dans l'ordre, je suis guéri.  Ensuite je suis confiné à ma chambre pour toute l'apprès midi, avec un médecin qui passe aux 2 heures. Pas le droit d'alcool n'y de viande pour les prochaines 24h!! Fuck! je suis dans un tout inclus, je veux en profitter! Je m'en tire avec un facture de 60 CUC pour les frais médicaux.

Morale de l'histoire: "Don't drink and dive!"

 

Mon voyage en Thailande 2011

March 24th, 2011

Link: http://stephane.brillant.ca/index.php?blog=2

J'ai entretenu un blog de mes aventures en Thailande. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante:

http://stephane.brillant.ca/index.php?blog=2